Bonjour ! Nice Nac n'est plus d'actualité, mais le site reste en fonction pour ceux qui souhaiteraient le consulter. Nos gerbilles sont à la retraite et ne font plus de portées. Nous mettons aussi fin aux gardes de rongeurs. Merci de votre visite !
 
 
   
 
       
Actualité
 
Newsletter
 
Livre d'or
 
Contacts
 
Forum
    

Après avoir dépensé toute leur énergie en rongeant, creusant des tunnels dans leur litière ou en essayant d’atteindre un lieu inconnu par une course folle dans leur roue, nos gerbilles prennent un repos bien mérité. La nuit dernière, Lulu, l’une de nos gerbilles, agitait frénétiquement la patte. Vous aussi avez sûrement déjà vu vos rongeurs s’agiter pendant leur sommeil ou émettre des petits couinements.

Les phases de sommeil et d’éveil de la gerbille s’alternent à un rythme rapide de 2 à 5 heures. Elles dorment blotties les unes contre les autres, généralement orientées dans des directions différentes, par instinct de survie, pour couvrir les horizons face aux éventuels prédateurs de la nature.

Est-ce que nos gerbilles rêvent ? Cet article nous dévoile une partie des secrets du sommeil des animaux.


I - Différents types de sommeil
En 1953, les travaux d’Eugènes Aserinsky et Nathaniel Kleitman, de l’université de Chicago, nous ont éclairés au sujet des types de sommeil. Le sommeil « lent » ou « profond » serait entrecoupé de plusieurs phases de sommeil « rapide », où les ondes sont rapidement émises sur l’électro-encéphalogramme, comme en phase d’éveil. Lors de ces phases, le corps est en bonne partie paralysé tandis que le cerveau est actif (d’où le nom de sommeil « paradoxal », SP).  Les différentes phases du sommeil
Ces phases sont reconnaissables par leurs rapides mouvements oculaires (d’où le nom de sommeil REM, « rapid eyes movements »). C’est durant ces phases cérébrales actives que les rêves apparaissent, amenant certains auteurs à l’équation assez limitée de SP = rêve.

Les fœtus et nouveaux nés connaissent un taux de sommeil paradoxal deux fois plus élevé que les adultes. On suppose que la maturation cérébrale se poursuivrait durant le sommeil et les rêves. C’est en rêvant que bébés animaux et hommes deviennent grands.

II - Les animaux ne sont pas égaux en rêves
Lion qui se repose En 1950, Michel Jouvet localise chez le chat les neurones immobilisant les muscles durant le sommeil paradoxal. Les neurones alors neutralisés, le chat peut manifester ses rêves. Tous les êtres vivants n’ont pas la même durée de sommeil. Les rongeurs et les lions dorment entre 50 et 70% de la journée. Ce fainéant de lion, pendant que ses femelles s’activent pour chasser le repas, peut dormir 20 heures par jour.
Même si aujourd’hui la route n’est pas bien harassante, du nid à la gamelle, dans la nature, les rongeurs brûlent beaucoup d’énergie par de longs déplacements pour la recherche de nourriture. Ils dorment beaucoup, ou en alternant rapidement les phases d’éveils et de sommeils, telles que les gerbilles, vivant naturellement dans des zones arides. Lors du sommeil, seuls les organes vitaux fonctionnent, ce qui compense ces efforts. Du nid à la gamelle
Il semblerait que la rareté de nourriture et la durée de sommeil soient souvent liés. Certains oiseaux quant à eux, peuvent dormir tout en volant, ou se diriger sur l’eau endormis. Ceci serait dû à leur particularité d’avoir un sommeil hémisphérique unilatéral, tout comme le dauphin. Une partie du cerveau semble dormir tandis que l’autre est en éveil, alternativement, ce qui permet à l’animal de réagir rapidement en cas d’attaque de prédateurs. Les raies ou les requins nagent continuellement, en phase d’éveil ou de sommeil, car ils en ont besoin pour respirer.

Ecosystème Une hypothèse lierait le sommeil des animaux à leur place dans la chaine alimentaire. Le rêve serait une réponse à la question de survie dans l'écosystème.
Ainsi l’expression « quand le chat n’est pas là, les souris dansent » semblerait être véridique, quand les prédateurs dorment, les proies s’agitent. Les proies ayant un sommeil paradoxal plus court pour réagir vivement à l’arrivée de prédateurs. C’est de cette façon que les animaux ont développés des façons de dormir différentes. Le sommeil plus long des prédateurs résulterait de leur nécessité d’économiser leurs forces pour la chasse, qui ne sera pas toujours fructueuse. On dit aussi que plus l’animal est petit, plus il a besoin de sommeil lent pour ordonner les paramètres de son métabolisme.

Les techniques de sommeil elles mêmes sont adaptées à chaque races : collées les unes contre les autres comme les gerbilles; debouts tels les chevaux et girafes, qui perdraient du temps à se lever pour galoper; la tête en bas, comme la chauve souris, qui se laisserait tomber pour s'enfuir rapidement; en équilibre sur une patte comme le flamant rose, qui n'a plus qu'une patte à sortir de l'eau pour s'envoler; ou sur une branche tels le babouin, koala et raton laveur, prévenus de l'arrivée du prédateur par le balancement de la branche; sous la couette, pour que maman ne voit pas que je joue à la gameboy alors qu'elle m'a dit de dormir, etc.

III - Sommeil et apprentissage
 
Des expériences tentèrent d’analyser ces différentes phases de sommeil. Notamment le chercheur Carlyle Smith, qui en 1985, constate, en privant le rat du sommeil paradoxal pendant quelques heures, que la mémorisation est perturbée, tandis que la privation du sommeil lent ne semble pas avoir d’impacts. Il démontre par ailleurs que la durée du sommeil rapide augmente lorsqu’elle succède un apprentissage. Le sommeil lent, de son coté, ne présente pas de modifications.

Dans notre article sur le conditionnement, nous présentons les rats du labyrinthe de Tolman, dont l’orientation s’effectue grâce à un apprentissage de lieu. Une expérience similaire est réalisée en relation au SP.
 
- Les rats sont placés dans un labyrinthe en Y à deux branches, dans lequel la nourriture est toujours au même emplacement. Dans ce cas l’apprentissage n’est pas perturbé par la privation de SP.
 
- Dans un second cas d’apprentissage discriminatif, l’emplacement de la nourriture varie de manière aléatoire d’essai en essai. La branche comprenant la nourriture est signalée par une lumière. Ici l’apprentissage est plus ou moins perturbé par la privation de SP, selon que les performances sont faibles ou pas. Lorsque l’animal maitrise cette tache, l’efficacité est grandement diminuée.

L’apprentissage par habituation n’impliquerait pas le SP, tandis que l’assimilation d’informations variables y ferait appel.
Apprentissage et sommeil paradoxal
L’augmentation du sommeil paradoxal se manifeste à partir d’un certain niveau de performance seulement et sa durée redevient normale lorsque l’animal maitrise sa tâche. Ainsi si l’on veut par exemple entrainer une gerbille à l’agility, il serait plutôt recommandé de lui laisser effectuer une pause lorsqu’elle commence à répondre correctement à nos attentes.

IV - Sommeil et mémoire
 
En 1924, J Jenkins et K Dallen-Back prouvent que la mémorisation est meilleure quand l’apprentissage est suivi d’une période de sommeil, plutôt qu’un moment d’éveil. La première hypothèse qu’ils émettent est que le souvenir serait protégé des interférences extérieures par le sommeil. La seconde postule que les informations sont retraitées pendant le sommeil, consolidant le souvenir. Il a été démontré que l’apprentissage par conditionnement, chez l’animal, est possible durant le sommeil paradoxal.
  Galeries creusées par des rongeurs La mémoire est en effet vitale chez les animaux. Dans la nature, les gerbilles par exemple, pour se souvenir de toutes les subtilités des galeries constituant leurs terriers (elles sont nombreuses pour leur permettre de s’échapper si un prédateur venait à les attaquer) ou pour ne pas oublier le chemin pour retrouver un point d’eau par exemple.
  Le rêve est donc pour l’animal un outil majeur de la survie. L'éléphant est célèbre pour sa très bonne mémoire, que certains auteurs expliquent justement par le rêve et ses vertues de mémorisations. Mémoire d'éléphant
Des expériences effectuées chez le rat ont démontré que l’apprentissage par conditionnement est possible durant le sommeil paradoxal. Un son et un petit choc désagréable ont été associés pendant le sommeil du rat. A son réveil, l’animal a gardé en mémoire que le son, stimulus conditionnel, est annonciateur d’un évènement désagréable, le stimulus inconditionnel. Dès lors, lorsque le rat entend le son, il procède à une stratégie d’évitement. L’effet n’est visible que dans le sommeil paradoxal, pas dans le sommeil lent.

Francis Crick, codécouvreur de l’ADN, spécialiste de neurosciences énonce l’hypothèse selon laquelle si le sommeil paradoxal favorise la rétention d’informations, c’est aussi parce que le rêve permet l’oubli. Mais cet oubli n’est pas aléatoire, le rêve aurait un rôle de désapprentissage sélectif, éliminant les connections inutiles dans la trace mnésique, permettant de classer les données reçues dans la journée. On s'arrange aussi pour oublier ce qui nous dérange dit-on, un diner chez sa belle mère sera malencontreusement oublié, à cause, bien sur, du sommeil.
Imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle Le sommeil lent représenterait la synchronisation d’activités neuronales, permettant de retraiter les informations pour les retenir à long terme. Ces séquences d’activité synchrones permettraient au rat, revivant les différentes étapes de son parcours dans le labyrinthe, de retenir les séries d'exploration spatiale.
IRMf sans rêves
Le Professeur Matthew Wilson, chercheur en sciences cognitives au MIT (Massachusetts Institute of Technology), a pu suivre l'activité cérébrale chez le rat, par IRMf (imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle). Les régions de l’hippocampe s’activent successivement, permettant de visualiser le cheminement
Cerveau de l’animal qui rêve. Chaque labyrinthe est représenté par un schéma d'activité cérébrale particulier chez le rat (le schéma est une modélisation interne de notre environnement, une sorte de « carte mentale »). Les chercheurs constatent que pendant leur sommeil, les rats ont un schéma identique à celui du parcours qu’ils ont effectué auparavant dans le labyrinthe.

V - Rêve et comportements
Des études prouvent que les fœtus consacrent un temps important au sommeil paradoxal, à la naissance, cette durée, moins élevé que dans la vie intra-utérine, reste assez grande, puis diminue progressivement avec l’âge, tandis que le rêve prend de plus en plus en compte l’expérience vécue. L’importance des rêves serait donc liée au développement du cerveau. Michel Jouvet, chercheur sur le sommeil, défend l’idée que le rêve serait la condition primordiale au transfert
Gerbille somnolant dans son nid
de programmes génétiques dans l’organisation du système nerveux. Des expériences effectuées sur des animaux ont démontré que la plasticité neuronale (modification du cerveau suite à l’apprentissage) serait renforcée ou stabilisée par le sommeil paradoxal, important pour l’acquisition de compétences spatiales et comportementales. Des illusions, obsessions et hallucinations résultent de la privation du sommeil. En vous agitant de sorte que vous empêchez vos gerbilles de dormir, vous compromettez leur mémoire et la bonne exécution de leurs comportements.
Imagerie du rêve
De nombreux chercheurs s'intéressent aux rêves, que ce soit en psychologie, en neurosciences etc. Récemment, des chercheurs asiatiques cherchaient à développer une technologie capable d'afficher les pensées du cerveau, dont les rêves. Seules des images simples de l'activité cérébrale ont pu être visualisées, mais même si tous les mystères ne sont pas dévoilés, la science progresse toujours.

Les animaux, sont tout à fait capables, comme les Hommes, de substituer un élément réel par un autre virtuel. C’est en rêvant que bébés animaux et Hommes deviennent grands, disions nous. Le sommeil est ainsi primordial pour la vie des êtres vivants, quels qu'ils soient.

Lien vers cet article :
Vous pouvez faire un lien vers cet article si celui-ci vous a parut intéressant.
http://nice-nac-elevage2gerbilles.wifeo.com/sommeil.php
Loading
 
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement